Tag Archives: conchyliculture

Une jolie carte pour un sale problème

Le site de l’IFREMER propose une jolie carte interactive qui simule la propagation des apports en bactéries d’origine fécale dans l’étang de Thau, en cas de fortes pluies. Pour y accéder : cliquez sur la carte ci-dessous, puis utilisez le lecteur média incorporé pour l’animer.

La crise que viennent de traverser les ostréiculteurs de l’étang a été provoquée par une épidémie de gastro en décembre combinée à de fortes pluies qui ont lessivé les sols et fait déborder les bassins de lagunage. Les virus responsables de nos gastros se sont retrouvés dans l’étang. Le coquillage est un magnifique filtre, il mange de tout. Y compris les virus. Consommer un coquillage malade de la gastro vous donnait la gastro si vous ne l’aviez pas déjà. Donc, fermeture de l’étang, interdiction de consommer ses coquillages jusqu’à disparition du virus.

Cette carte m’inspire plus de questions que de réponses :
1. Faut-il complètement proscrire les rejets de matières fécales dans l’étang à l’embouchure de la Vène, au Sesquier, au Pallas, à la Pointe-Courte ? Ou bien est-ce que ces matières fécales font partie des aliments dont les coquillages ont besoin ? Si on supprime ces apports, sait-on si l’étang s’appauvrit considérablement ?
2. Si la volonté politique est de supprimer toute possibilité de contamination virale possible via les rejets de nos WC : quelles sont les solutions possibles ? Peut-on retraiter les eaux pluviales localement et les rejeter propres, sans virus, dans l’étang, pour maintenir le niveau d’apport en eau douce ?
3. Que se passe-t-il à la Pointe Courte ? Il n’y a la bas aucune station de lagunage… ce quartier n’est donc pas relié aux égouts de Sète ? A moins que les apports en matière fécale ne viennent pas de la Pointe Courte, mais d’une usine de la ZA d’à côté ?
4. Les rejets des lagunages semblent un faux problème : les concentrations en bactérie les plus fortes ne sont pas situées là où les lagunages se déversent dans l’étang en cas de forte pluie. Quel est le vrai problème alors ?

Les huîtres d’Annie


Annie Castaldo m’a ouvert son mas conchylicole à Marseillan. Annie est conchylicultrice et présidente du CIVAM Bassin de Thau (Centre d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural). Toute sa production de jeunes huîtres est morte en juin. Toujours pas d’explication…

Mortalité des huîtres : Annie Castaldo, 3 minutes


Balades gourmandes autour de l’étang

Le CPIE Bassin de Thau (ancienne APBT) propose cet été des balades gourmandes autour de l’étang.

  • Découvrez la guarrigue avec un berger puis dégustez ses petits chèvres,
  • Mangez le fruit de votre pêche avec Jean-Michel Manibal des Galapians,
  • Rencontrez une conchylicultrice et prenez des nouvelles de la santé de nos huîtres,
  • Promenez-vous dans les vignes et ouvrez une bonne bouteille.

Téléchargez la brochure détaillée des balades gourmandes du CPIE Bassin de Thau pour les dates et les points de rencontre. Cette brochure est aussi disponible dans tous les syndicats d’initiatives de bassin de Thau.

Quelles solutions pour la malaigue ?

La malaigue est un phénomène naturel mais quand elle sévit, comme en 2006, elle détruit jusqu’à la moitié de la production de coquillages, entraîne la faillite des producteurs les plus touchés tout en perturbant l’activité touristique. Pour éviter ces situations extrêmes, il faudrait limiter l’intensité de la malaigue. Il existe des solutions.

Les solutions recommandées par un scientifique, Jean-Marc Desloups Paoli


Les solutions appliquées aujourd’hui, Denis Regler


Les solutions du futur, Denis Regler


Trois points de vue sur la malaigue

En mars dernier, Julien poste un commentaire où il m’explique qu’il prépare un dossier sur la malaigue pour son bac (à mon époque les sujets étaient moins exotiques). Comme je connais peu le phénomène, je me suis dit que j’allais aider Julien dans son enquête.

Mercredi dernier, il est descendu de Rodez pour recontrer quelques personnes qui ont leur avis sur la mailague. Pour commencer, nous avons visité la crique de l’Angle avec mon beau-père, pêcheur à la retraite. Nous avons ensuite rencontré Jean-Marc Desloups Paoli, scientifique reconverti dans la conchyliculture à Loupian. Enfin, à Mèze, Denis Regler, directeur du Syndicat Régional Conchylicole de Méditerranée (SRCM), nous a donné son point de vue.

Tous les trois s’accordent pour dire que la malaigue est un phénomène naturel. Par contre, ils ne l’expliquent pas de la même manière.

La malaigue du point de vue d’un pêcheur : Michel Crouzet


La malaigue du point de vue d’un scientifique : Jean-Marc Desloups Paoli

1. Qui est Jean-Marc Desloups Paoli ?


2. Qu’est-ce que la malaigue ?


La malaigue du point de vue des conchyliculteurs : Denis Regler

1. Le Syndicat Régional Conchylicole de Méditerranée, c’est quoi ?


2. Causes et conséquences de la malaigue pour les conchyliculteurs ?


Le 10 juin, Julien passe son oral en Agronomie Territoire et Citoyenneté. J’espère qu’il sera inénarable sur la grande malaigue de 2006 autour de laquelle il a centré son exposé.