Category Archives: Travailler

Oh ! Cousins ! Des batobus pour se voir plus ?

Thau Agglo lance une étude pour la mise en place de navettes sur l’étang et sur les canaux.

Autant l’union des communautés de communes n’est toujours pas une évidence – qui se souvient de la pub de juin 2008, ci-dessous ? - autant cette idée de navette est une évidence qui me parle.

Pour moi c’est tout vu, c’est OUI, tout de suite, là, maintenant !

1. pour recommencer à aller manger des brochettes à Sète en été,
2. pour arriver à l’heure aux rendez-vous,
3. pour profiter encore plus de l’étang,
4. pour faire marner les lyonnais,
5. pour monter dessus avec mon vélo et profiter de la piste cyclable du Lido,
6. pour épater les copains parisiens quand ils débarquent du train à Sète,
7. pour aller plus rapidement refaire mon stock de Noilly Pratt ambré à Marseillan,
8. pour manger un plateau d’huitres à Bouzigues sans perdre de temps à trouver une place de parking,
9. parce que La Rochelle, Nantes, Lorient, Paris l’ont fait et que ça marche,
10. parce que tout le monde autour de l’étang n’attend que ça : se rencontrer plus facilement. On est cousins ou quoi ?

Je n’ai que deux petites requêtes : Pierre, s’il te plait,
1. des bâteaux électriques, comme à La Rochelle, pour ne pas faire peur aux dorades !
2. un partenariat avec la CCNBT, pour faire de ce projet de navettes un projet à l’échelle de l’étang, pas juste de sa moitié sud-est …

Merci Gens de Thau

Un grand merci à la médiathèque municipale de Loupian : c’est en me rendant chez eux mardi soir pour la projection du film de Laurence Kirsch, Gens de Thau, que j’ai eu envie de réanimer ce blog.

Mon attention s’était concentrée ailleurs. Dans la création d’une entreprise. Dans les mille petits riens qui font une journée.

Mardi, c’était la première fois que je voyais Gens de Thau, tourné en 1996. Dans ce reportage, Laurence Kirsch a su capter l’attention et la patience qu’ont les pêcheurs, les ostréiculteurs vis à vis de l’étang. J’y ai reçu en plein cœur l’appel à un partage respectueux de ce qui est le poumon économique et social du pays de Thau. Je me suis re-mise en mouvement sur ce mot : partage.

J’ai voulu ce blog depuis ses débuts, en 2006, comme un lieu de partage. Partage de ma découverte de l’étang, de mon étonnement devant un lieu si magique. Partage d’expérience, de connaissance, partage d’inquiétudes, de solutions.

Ce blog est à nouveau ouvert. Ouvert à tous ceux qui voudront y témoigner de leur intérêt pour l’étang.

Les huîtres d’Annie


Annie Castaldo m’a ouvert son mas conchylicole à Marseillan. Annie est conchylicultrice et présidente du CIVAM Bassin de Thau (Centre d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural). Toute sa production de jeunes huîtres est morte en juin. Toujours pas d’explication…

Mortalité des huîtres : Annie Castaldo, 3 minutes


Chiffres clés de l’économie de l’étang

Quand j’ai des amis de passage à la maison, ils me posent souvent des questions sur l’étang auxquelles je ne sais pas toujours répondre. Heureusement, le site du Syndicat Mixte du Bassin de Thau est une mine d’or. Voici un florilège de questions et leurs réponses.

  1. Il y a combien de pêcheurs sur l’étang de Thau ?
    Réponse : 350 sur Thau et Ingril, 6 000 tonnes de poissons par an, 10 millions d’euros de chiffre d’affaire.
  2. Il y a combien de producteurs d’huitres ?
    Réponse : 700, soit 2 000 emplois directs. Environ une huitre française sur 10 est produite dans l’étang de Thau (source : Syndicat Régional Conchylicole de Méditerranée).
  3. Les riverains de l’étang travaillent sur place ? Ou bien il faut aller à Montpellier pour trouver un emploi ?
    Réponse : Sur le territoire couvert par le SCOT, il y avait environ 30 000 emplois recensés en 1999. Seulement 6 000 actifs allaient travailler à Montpellier (pendant que 1 700 montpellierains venaient travailler sur une des communes de l’étang).

Economie aquatique de l\'étang de Thau

Nombre d\'emplois par commune et provenance des actifs

Nombre d\'actifs par commune et localisation de leur emploi

Attractivité de Sète : les actifs venant travailler à Sète

Les flux domicile-travail SCOT-Hors SCOT en 1999

Flux domicile-travail dans le triangle urbain central

Histoire de l\'émulation commerciale et industrielle du bassin de Thau

Source: Observatoire du SMBT

Se former à l’aquaculture

J’ai retrouvé Michel Cantou dans le hall expérimental de la SMEL (Station Méditerranéenne de l’Environnement Littoral). Idéalement situé à la plagette de Sète, au bord du canal qui régule les échanges entre la mer et l’étang de Thau, le CREUFOP (Centre Régional Universitaire de Formation Permanente) y délivre deux diplômes d’université en aquaculture :

La Station Méditerranéenne de l’Environnement Littoral


La ferme d’élevage du centre de formation à l’aquaculture


Il existe d’autres formations à l’aquaculture :