Category Archives: Mèze

Nouvelle piste cyclable Balaruc – Mèze

Elle est belle, elle est longue, elle est parfaite pour se déculpabiliser de l’envie soudaine d’aller prendre un café chez les copains Mézois !
Un seul reproche : elle est tellement plate qu’elle attire plus les piétons que les cyclistes… Piétons, cyclistes : il va falloir apprendre à partager cette magnifique balade autour de l’étang !
Et un constat : le succès de la piste cyclable fait le malheur des oiseaux qui nichaient dans la crique de l’Angle avant, lorsqu’il n’y avait qu’une voie ferrée désaffectée. Les promeneurs sont ravis, mais les oiseaux sont partis. Où ?


Découvrir Bourdieu : une fois par mois à Mèze

Jeudi 17 février, à Mèze, au chateau Girard, à 18h, découvrez Pierre Bourdieu avec le philosophe Michel Negrell.
Le thème de la conférence de ce soir est la domination sociale des corps.

Entrée libre !

Prochaines conférences, toujours à 18h, au chateau Girard de Mèze, autour de Bourdieu :

  • Jeudi 17 mars : la reproduction : persévérer en se répétant.
  • Jeudi 14 avril : l’intérêt pratique à s’investir.
  • Jeudi 5 mai : le philosophe masqué.

Ce n’est qu’un début

Vendredi 18 février 2011 à 19h, soirée spéciale au cinéma le Taurus de Mèze !

J’ai vu Ce n’est qu’un début à Frontignan le mois dernier : j’en suis sortie plein d’envie de philo pour nos enfants. Le débat qui a suivi a tempéré mes ardeurs… Connaissant la position de Michel Negrell sur ce reportage, le débat de vendredi promet d’être animé, allez-y !

Plus d’information :

Anne Cassan et Alexandre Pianetti, responsables du Taurus, vous proposent une projection de “Ce n’est qu’un début“, suivi d’une rencontre avec Michel Negrell, philosophe et Michel Tozzi, fondateur du café philo à Narbonne, cofondateur de l’université populaire de Perpignan, professeur émérite en sciences de l’Éducation, précurseur de l’enseignement de la philosophie aux plus jeunes, rapporteur auprès de l’Unesco.

Venez passer une soirée conviviale sur le thème de “L’apprentissage du Philosophez” !

“Ils s’appellent Azouaou, Abderhamène, Louise, Shana, Kyria ou Yanis, ils ont entre 3 ans et 4 ans quand ils commencent à discuter librement et tous ensemble de l’amour, la liberté, l’autorité, la différence, l’intelligence… Durant leurs premières années de maternelle, ces enfants, élèves à l’école d’application Jacques Prévert de Le Mée-sur- Seine, dans une ZEP de Seine-et-Marne, ont expérimenté avec leur maîtresse, Pascaline, la mise en place d’un atelier à visée philosophique.

Plusieurs fois par mois, assis en cercle autour d’une bougie allumée par Pascaline, ils apprennent à s’exprimer, s’écouter, se connaître et se reconnaître tout en réfléchissant à des sujets normalement abordés dans le système scolaire français en classe de… terminale. Il n’y a plus de bon ou de mauvais élève lors de ces moments privilégiés : juste de tout jeunes enfants capables de penser par eux-mêmes avec leurs mots à eux, plein de spontanéité, de bon sens et de poésie. Et qui font déjà preuve, parfois, d’un incroyable esprit citoyen…”

Place aux artistes

J’ai assisté ce soir à l’ouverture de la partie Mézoise du festival de Thau. Je suis désolée pour l’équipe du Festival : cette inauguration était un cache misère. Misère politique de nos élus qui en façade monopolisent la parole pour s’autocongratuler, alors qu’ils se poignardent dans le dos sur le projet de grande agglo de Frèche. Misère intellectuelle d’élus qui n’ont pas pris le temps de préparer leur allocution : aucun n’avait pris connaissance du programme du festival, aucun n’a réussi à aligner 3 mots cohérents sur le thème du développement durable.

Bravo à l’équipe du Festival. L’année prochaine, s’il vous plait, pas d’inauguration. Ou alors, place aux artistes !