Agde aussi aura son centre aqualudique

Centre thermoludique à Balaruc contre centre aquatique à Agde : embarras du choix prévu en 2010 pour les habitants du bassin de Thau ! S’il y a mistral, je vais à Agde : bassin couvert !

Les balarucois craignent de ne pas rentabiliser l’investissement de 6 millions … je me demande comment vont faire les agathois avec leur projet à 14 millions avec piscine en inox ! Ils réussiront à prendre des clients à Aqualand, eux ?

Ce qui me fait rager, c’est qu’on l’a déjà notre centre aqualudique. C’est notre piscine bio locale, elle fait 16 km de long, c’est l’étang de Thau. Ils sont où les projets pharaoniques pour l’étang ?

3 thoughts on “Agde aussi aura son centre aqualudique

  1. Pierre

    Ne t’en fait pas Isabelle, si Frêche arrive à faire la fusion avec Thau dont il rêve depuis si longtemps, les projets pharaoniques pour l’étang ne tarderont plus. Il a déjà annoncé la couleur : pour commencer, pousser un peu les activités traditionnelles pour amener du ludique, pour développer les anneaux et la plaisance. Pour l’assainissement et le pluvial, rien de plus simple. Comme sur le lac d’Annecy, un grand collecteur tout autour comme ça, on pourra bétonner à tout va tout autour grâce à l’arrivée du tram et avec la conscience tranquille en prime.
    Avec Frêche, toutes les choses que les spécialistes pensent être compliquées deviennent si simples, il suffit de balancer quelques millions d’euros et la nature suivra, les gens seront forcément plus heureux car ils pourront consommer plus et s’amuser plus (pour ceux qui en auront l’envie et les moyens, of course, mais ce n’est qu’un détail, les autres seront éjectés dans l’arrière pays).

  2. Isabelle Crouzet

    Je suis plongée dans la lecture du Schéma Régional d’Aménagement et de Développement Durable (SRADDT !).

    Les généralités vont dans le sens d’une protection de l’étang :
    - la vision régionale est d’éloigner la croissance urbaine le plus possible du littoral pour “diminuer la pression et prendre en compte le risque d’érosion et de submersion marine”.
    - La région prévoit de créer un établissement public foncier pour aider les communes à résister à la pression foncières et préserver les aires cultivées.

    Les détails et illustrations contredisent cette vision, ou bien est-ce que c’est moi qui ne sait pas interpréter ce document ?
    - Sète fait déjà partie de la “métropole” en réseau.
    - Le bassin de Thau n’est pas choisi comme un territoire à développer de manière cohérente contrairement au “quadrilatère” Port La Nouvelle – Lézignan Corbières – Pézenas – Agde.
    - Le seul projet mentionné pour le bassin de Thau est le développement du “hinterland” du port de Sète, avec opportunité d’une opération d’envergure régionale : espaces et connexions nécessaires à son développement à créer (branchement amélioré sur les réseaux routiers et ferroviaires, plus d’espace de stockage, de manutention et plus de zones d’activité).

    Je ne trouve pas mention de grand collecteur Annecy-esque, pourtant ce serait mentionné dans ce projet d’aménagement et de développement durable sur 30 ans, non ?

  3. Pierre

    Non,non, je te rassure, tu lis bien le document. Le seul pb est qu’il y a de la part de Frêche autant de discours différents sur Thau que de situations du moment à “gérer”.
    Sur l’histoire du collecteur, c’était pendant la campagne municipale quand il s’était rendu à Sète avec la valise pleine de promesses (je te retrouverai la source). Mais c’est souvent ces promesses à l’emporte pièce qui finissent finalement par revenir sur le tapis une fois que le pouvoir est pris.
    Pour le SRADDT, c’est un bon bureau d’étude parisien qui a fait le gros du boulot mais cela reste un pur exercice de style, un document de cadrage, alors que Frêche est le roi du cadrage / débordement. Pour te donner un bel exemple de débordement du SRADDT qui est encore tout chaud, tu peux aller voir l’article “le triangle des bermudes” sur le site 7à7 et les commentaires qui suivent.

    On voit bien que des objectifs généraux du SRADDT sont en totale opposition avec les faits et les prévisions observés dans la réalité sur certains terrains, dont Thau :
    - SRADDT: la vision régionale est d’éloigner la croissance urbaine le plus possible du littoral pour “diminuer la pression et prendre en compte le risque d’érosion et de submersion marine”.
    Constat: Heu, c’est pas franchement le cas, on en est même très loin. Un exemple: amener le tram à la Grande Motte en passant par le Lido. Ça, c’est un bel exemple d’anticipation du risque d’érosion et de submersion marine avec un projet d’infrastructure sensé durer des décennies vu le montant des investissements.

    - SRADDT: La région prévoit de créer un établissement public foncier pour aider les communes à résister à la pression foncières et préserver les aires cultivées.
    Constat : Le prolongement de la ligne 2 du tram envisagée vers Poussan (et l’urbanisation lourde qui va suivre de manière mécanique) va traverser les meilleures terres agricoles entre Montpellier et Thau et faire exploser les prix du foncier sous la pression des promoteurs.

    Et des incohérences comme ça entre documents de planification qui peuvent paraître rationnels et la réalité constatée sur le terrain, il y en a à la pelle.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>