Montée des eaux


C’est l’été, qu’est-ce que je fais devant mon ordi ? J’ai trouvé un nouveau joujou : le simulateur de montée des eaux de Science et Vie Micro. Vous zoomez sur la partie du monde qui vous intéresse, vous choisissez le niveau moyen de montée des eaux, entre zéro et quatorze mètres, et les zones inondées s’affichent en bleu. Le tout est basé sur les photos satellites de Google Maps, ce qui vous permet de savoir précisément à quel niveau votre maison peut être touchée.

Faut-il s’affoler ? Il y a d’une part la montée des eaux qui semble inexorable, puisqu’elle a déjà commencé. La tempête centennale peut aussi avoir un effet montée des eaux fort sur une durée courte. Elle a statistiquement 65% de chance de se produire une fois en 100 ans.  

La DDE note des tempêtes “marquantes” en 1982, 1997, 1999 et 2003 à Mèze mais ne mentionne pas l’impact sur le niveau des eaux de l’étang.

L’observatoire du SMBT propose ses propres simulation d’une montée des eaux de 2 mètres autour du bassin de Thau. Dans la cartothèque : cliquez sur la ville de votre choix en bas de page, dans la rubrique “submersion marine”.

Je suis plutôt sereine : même si la zone artisanale où j’habite est classée terrain inondable depuis janvier 2006, personne n’y a jamais vu une inondation, contrairement au centre ville de Balaruc les Bains.

Ça peut frapper les mentalités, cet aspect un peu morbide de voir son littoral immergé. J’aimerais surtout que cela motive ses habitants pour qu’une nouvelle façon de vivre soit inventée là où le risque de tout perdre est le plus grand.

2 thoughts on “Montée des eaux

  1. le gabian de sète

    Très intéressant, votre article (comme tous vos articles !).
    Bravo ! (bon, mon commentaire n’apporte pas grand chose, il est à classer dans les “fait plaisir”)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>