Midi Libre laxiste comme d’hab

En lisant Le projet de ZAC met le feu au conseil municipal paru dans le Midi Libre du 23 juillet, je me suis énervée. J’ai cru que les élus bouziguots piétinaient les principes élémentaires de précaution en décidant d’implanter une ZAC le long du ruisseau du Joncas, ruisseau qui peut déborder lors des fortes pluies.

Jean-Pierre Souche, le journaliste du Midi Libre fait dire à Olivier Archimbeau, responsable de l’urbanisme, « Si nous n’agissions pas nous perdions cette zone. » Voici les mots qui m’ont mis hors de moi. Je me suis précipitée sur mon clavier pour écrire un coup de gueule.

Où sont les élus courageux ? Où sont les élus qui acceptent de “perdre” une zone constructible à proximité de l’étang ? Où sont les élus qui jouent le long terme ? Dire oui aux pavillons en zone inondable, c’est faire passer le béton avant le bon sens. Comment est-ce encore possible aujourd’hui ? Jusqu’où vont-ils aller ? Rendront-ils constructible les tables d’ostréiculture au large de Bouzigues ? Si au moins ils lançaient des projets innovant de construction en milieu inondable : des maisons sur pilotis ou je ne sais quoi… ce serait une expérience utile si le niveau moyen des eaux monte comme de nombreux scientifiques du GIEC le prévoient.

Je me suis alors sentie très proche des sept élus de l’opposition qui ont quitté le conseil municipal. J’avais presque envie de leur dresser une statue. Mais je n’ai pas publié immédiatement ce texte. Bien m’en a pris. J’ai croisé une élue de Bouzigues qui m’a donné un autre éclairage sur l’évènement.

Un des sept élus frondeurs est propriétaire d’une partie de la future ZAC. Il n’en veut pas, non parce qu’elle est inondable, mais parce qu’il préfèrerait céder ses terrains à un promoteur à un prix bien plus élevé. En effet, implanter une ZAC implique de ménager de nombreuses voiries, peut-être des espaces verts et d’autres installations qui réduisent la surface constructible, donc le prix au mètre carré.

Mes héros ne s’étaient pas préoccupés de l’environnement mais de leur seul porte-monnaie. En ne me donnant pas cette information, Midi Libre m’a trompé. Il ne m’a surtout pas expliqué le rôle exact de la DDE qui est d’aider la municiopalité à développer cette ZAC tout en tenant compte des risques d’innondation.

Reste qu’encore une fois nous allons nous retrouver avec de nouvelles surfaces bétonnées au bord de l’étang.

10 thoughts on “Midi Libre laxiste comme d’hab

  1. Pierrot

    Isabelle, je ne partage pas complètement ton analyse sur le journaliste du ML car je ne suis pas sûr qu’il avait l’info que tu as pu obtenir de manière informelle auprès d’une élue. D’autre part, cela n’enlève rien aux propos tenus par l’adjoint à l’urbanisme pour qui une zone non urbanisée était une zone perdue. Cela en dit long sur la vision qu’il a de l’avenir de Bouzigues et de Thau. Quand on voit sur les cartes du SMBT comment les lotissements se sont développés ces dernières années sur Bouzigues, ce n’est pas rassurant. Au rythme où ils vont, tout sera plein d’ici moins de 20 ans.

    Mais ce qui me choque le plus dans cette histoire, c’est que l’on puisse encore élire de nos jours des personnes qui ont des intérêts fonciers sur leur commune, surtout quand elle est soumise à de telles pressions immobilières. C’est la porte ouverte sur ce type de dérive qui a été monnaie courante mais qui devrait cesser, surtout sur le littoral où les enjeux sont énormes. Au moment d’une élection, le patrimoine foncier non bâti des candidats devrait être rendu public pour que les électeurs sachent à quoi s’en tenir. Où il faudrait qu’à chaque modification de POS ou de PLU, il y ait un contrôle de l’Etat sur cet aspect là.

  2. Isabelle Crouzet

    Lorsque j’ai rencontre Alain Herrada, il m’a surpris par son intégrité : il a fait gelé devant notaire toutes ses vignes autour de Balaruc le vieux pour prouver qu’il ne cherchait pas à se faire élire comme maire pour ses intérêts personnels. C’est une démarche qui malheureusement ne l’a pas aidé à se faire élire ! Je ne sais pas s’il faut un contrôle supplémentaire de l’état. Peut-être que l’action d’Alain fera tache d’huile aux prochaines élections ? Je l’espère…

  3. Pierrot

    Je l’espère comme toi, mais la nature humaine étant ce qu’elle est, il faut parfois l’aider un peu …

    Une solution, complémentaire aux éventuelles valeurs morales de nos élus, consiste pour une collectivité à prélever une taxe sur la vente de terrains nus qui sont devenus constructibles dans le cadre de la révision d’un POS ou d’un PLU (cf extrait ci-dessous qui cite la loi). Ceci permet que le propriétaire du terrain ne soit pas le seul à profiter de l’énorme plus-value prise par sa parcelle devenue subitement constructible, mais que la commune puisse aussi en bénéficier un peu pour améliorer son budget et donc ses moyens au service de tous.

    Cette info pourrait donner des idées à nos élus locaux pour voter une telle résolution en conseil municipal et ce serait ainsi un bon moyen de vérifier leur véritable motivation.

    “L’article 26 de la loi n° 2006-872 du 13 juillet 2006, complété par l’article 19 de la loi de finances rectificative pour 2006, permet aux communes, pour les cessions intervenues à compter du 1er janvier 2007, d’instituer une taxe forfaitaire sur la cession à titre onéreux de terrains nus devenus constructibles consécutivement à leur classement par un plan local d’urbanisme ou un document d’urbanisme en tenant lieu dans une zone urbaine ou dans une zone à urbaniser ouverte à l’urbanisation ou par une carte communale dans une zone constructible.”

  4. Pierrot

    Elle est très récente. Sur l’agglo de Montpellier, je suis sûr qu’elle a été mise en application à Grabels par la nouvelle municipalité. Ailleurs, je ne sais pas.

  5. Cabrol jean-Christophe

    Chère Madame,je viens de découvrir votre article sur la ZAC de Bouzigues avec un peu de retard,mais le sujet étant toujours d’actualité je me permets de vous informer sur la réalité des choses puisque vous avez obtenu des commentaires d’une élue anonyme qui apparemment vous donne une fausse version des faits pour faire passer les 7 élus d’union pour des “salauds” .
    Je ne vous connais pas mais en lisant votre article je me demande si vous êtes vraiment objective et je souhaiterais vous rencontrer comme vous avez rencontré la fameuse élue afin d’éclairer votre lanterne.
    Je tiens à vous signaler également que les conseils municipaux sont publics et assez fréquentés et je vous invite à y assister ; ainsi vous n’obtiendrez pas des informations arrangées .
    Cependant je vais essayer brièvement de vous résumer les faits.
    1-les 7 élus dont je fait parti on quittait le conseil municipal car m le maire nous a convoqués pour voter une modification du PLU et non pas une création de ZAC.Les propriétaire des terrains n’étaient même pas au courant que l’avenir de leur terrains se jouer ce jour-là (mettez- vous à leur place et dîtes-moi qu’elle serait votre réaction). Nous avons demandé un report de dossier afin que tout le monde soit au courant et discute entre gens intelligents, mais l’équipe majoritaire préfère imposer que discuter.
    2-Les 10 propriétaires n’ont jamais contacté aucun promoteur,en effet leur souhait est de conserver leurs terrains tel qu’ils sont. Rapprochez-vous d’ un d’eux et vous aurez une vraie réponse en direct. Par contre, la mairie souhaite contacter des promoteurs afin d’urbaniser la dite zone et sachez que votre élue, rencontrée par hasard, a voté POUR toutes les réalisations prévues dans cette zone.
    3-Au dernier conseil municipal le responsable de l’urbanisme a demandé de voter un partenariat avec le Département afin d’aménager les 4 hectares. L’équipe du maire (et pas les 7 ) prévoient (Je tiens tous les documents à votre disposition) 30 habitations minimum par hectare, si on prevoit des familles avec 1ou 2 enfants, je vous laisse faire le calcul.
    4-La DDE et je n’ai pas d’action dans cet organisme , n’a rien à voir avec la ZAC, ceci a été un prétexte pour l’équipe de M Higounet d’imposer leur projet.
    5-La DDE est en train de revoir les zones inondables, je sais qu’il faut faire très attention et de ce fait j’ai été à l’écoute de M. Bouchut responsable du dossier PPRI . Ainsi le lotissement du JONCAS en dessous de la ZAC est maintenant en partie inondé sans que la DDE ne tienne compte de la ZAC située au-dessus .Peut-être que si la ZAC se réalise le lotissement entier sera appelé LE MONDE DE NEMO.
    6-La Mairie prevoit d’expulser les propriétaires qui ne voudront pas vendre!!!!

    Je suis Ostreiculteur/Pecheur et me bat depuis des années pour sauvegarder l’etang et ses alentours alors venait a ma rencontre et j’aurai tant de choses à vous expliquer car sur le blog je manque de place .

  6. Cabrol jean-Christophe

    j’ai participé a une réunion sur les éoliennes qui pourrait vous intérésser l contactez moi si vous le désirez car je n’ai pas votre mail
    Jcc

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>