Monthly Archives: May 2008

Exit le pétrole au robinet à Balaruc les Bains

Une page se tourne à Balaruc les Bains : le 28 mai, la mairie arrête la distribution d’eau en bouteille pour les riverains du terrain de Raffinerie du midi. La mairie a distribué une note d’information à tous les foyers concernés.

C’est une bonne nouvelle. Les tests, effectués par la DDASS en trois points de prélèvement différents, le montrent : l’eau ne présente plus de traces d’hydrocarbure supérieures aux normes.

Autre bonne nouvelle, le chantier de dépollution va reprendre, mais dans un cadre plus surveillé que par le passé.

  1. Les experts judiciaires qui travaillent sur le dossier depuis 2005 devront approuver le nouveau protocole de dépollution avant reprise du chantier. Cela décale la reprise des travaux de dépollution, qui seront donc en retard par rapport au calendrier fixé par l’arrêté préfectoral de janvier. Mais les riverains y gagnent un avis complémentaire et neutre. Redémarrage des travaux : début novembre 2008.
  2. Le protocole de dépollution a changé. Alors qu’en 2004 beaucoup de terres très polluées ont été remuées et laissées à l’air libre pendant 6 semaines, le nouveau protocole devrait limiter les nuisances à 15 jours. Pendant cette phase, la qualité de l’air sera surveillée en continu, jour et nuit.
  3. La DDASS a mandaté un médecin de la CIRE pour travailler avec les riverains et la mairie à la mise en place d’un suivi sanitaire de la population pendant cette phase délicate des travaux.

Pendant que la DRIRE finalise le protocole avec Raffinerie du Midi, le pompage du pétrole découvert en janvier 2007 dans la nappe saumâtre, sous le terrain du côté de Port Suttel, continue. Jusqu’à épuisement de la pollution dans la nappe. Ces poches avaient engendré à l’époque des rejets dans l’étang de Thau.

La mairie organisera une réunion publique d’information avant le redémarrage des travaux. J’habite à côté du terrain et il me reste des questions :

  1. Y aura-t-il masquage ou non des odeurs de pétrole dans l’air ?
  2. Quels seront les détails du suivi de la qualité de l’air (nombre de capteurs, emplacements, polluants recherchés) ?
  3. Quels seront les détails du suivi de la qualité de l’eau effectué par Véolia (fréquence et emplacement des tests, protocole de récolte des échantillon d’eau, polluants recherchés) ?
  4. Quand est-ce que tout va redémarrer exactement ?
  5. Pendant le chantier, comment accèdera-t-on à l’information sur la qualité de l’air, de l’eau ?

Fête de la nature

J’ai appelé ce matin les organisateurs des quatre balades organisées ce weekend à proximité de l’étang de Thau. Tout le programme de la fête est sur le site du Réseau des Gestionnaires d’Espaces Naturels du Languedoc Roussillon.

Samedi 24 et dimanche 25, l’Association de Défense de l’Environnement et de la Nature des Pays d’Agde (ADENA) organise une visite de la Réserve Naturelle Nationale des étangs du Bagnas : au programme, balade dans les roseaux et observation ornithologique. Rendez-vous à 9h au domaine du Grand Clavelet, route nationale 112, Agde. Comptez 2h30 à 3h de promenade.

Dimanche à 11h30, l’ADENA vous emmène en bateau aquavision au dessus des herbiers de posidonies du site Natura 2000 au large du Cap d’Agde. Prévoyez un pique-nique et réservez vendredi au plus tard (frais de participation : 5€).

Pour réserver auprès de l’ADENA : 04 67 01 60 23.

Samedi 24, la CABT organise une visite du bois des Aresquiers et de la garrigue qui longe l’étang d’Ingril. Prévoyez la matinée et pensez à réserver au 04 99 57 60 98, les places sont limitées. Départ prévu à 9h au panneau “sentier d’Emilie”, à l’entrée du bois des Aresquiers.

La visite des salins de Frontignan de samedi 24 matin est complète, mais d’autres visites sont possibles en juin, notamment pour les enfants de plus de 4 ans.

Zoom sur la croissance démographique

L’analyse de notre croissance démographique que j’ai publiée ce weekend est incomplète. Je n’ai regardé que les volumes de nouveaux arrivants. En regardant les taux de croissance par ville, un phénomène nouveau émerge : le report des populations vers le nord du bassin de Thau depuis 1982.

Sète a perdu de la population entre 1990 et 1999. Le centre urbain Sète-Frontignan-Balaruc a insuffisamment contribué à l’accueil de population sur les 15 dernières années. Y a-t-il eu absence de politique urbaine ?

C’est le diagnostic qui a été effectué lors des rencontres du SCOT : en l’absence de politique urbaine dans le triangle Sète-Balaruc-Frontignan, le nord du bassin (notamment Gigean, Mèze, Poussan) a accueilli la plus forte croissance démographique. On y constate des taux de croissance parfois supérieurs à 5% par an.

Malheureusement, l’urbanisation a donc porté sur des communes qui rejettaient leurs eaux traitées par lagunage dans l’étang. La lagune a donc été plus maltraitée que si l’on avait anticipé la croissance démographique en organisant un centre urbain entre Balaruc, Sète et Frontignan.

En plus, cette dynamique a surmultiplié les déplacements puisque tous ces résidents des communes du Nord dépendent de centres d’emploi qui sont essentiellement situés entre Sète et Frontignan, ou à Montpellier qu’ils ne peuvent pas rejoindre par train.

Les chiffres bruts peuvent faire dire que Frontignan a été moteur de croissance, mais les taux sont significatifs : c’est Gigean et Poussan et plus généralement les communes périphériques qui sont moteurs de cette croissance et « explosent », déstructurant notre territoire.

Promenade avec un hippocampe et une seiche

Je démarre l’apnée dans l’étang au pied de ma maison. Je découvre un nouveau monde. Pour l’instant, je n’ai croisé que quelques gobies et un spirographe. J’ai trouvé un petit mètre carré d’herbier au milieu de beaucoup d’ulves. Je rêve de me balader avec un hippocampe ou une seiche comme ce plongeur de Balaruc les Bains déniché sur dailymotion.