Ma première leçon en conchyliculture

J’ai rencontré lundi Philippe Ortin et Denis Regler, respectivement président et directeur de la Section Régionale Conchylicole Méditerranéenne (SRCM). Ils m’ont expliqué leur combat au quotidien pour la protection de l’étang de Thau. Ils ont réagi à mes propos de néophyte sur l’installation de bacs de décantation sur le lido. C’était ma première leçon en conchyliculture. Je me fais moins de souci pour l’avenir des parcs dans l’étang. Philippe Ortin explique pourquoi dans la petite vidéo ci-dessous (12 min).


Je comprends maintenant les règles draconiennes qui régissent l’activité conchyilicole :

  1. Contrairement au bassin d’Arcachon, l’étang de Thau n’est pas subdivisé en zones. Lorsqu’une mesure de l’IFREMER s’avère mauvaise, c’est-à-dire que des coliformes sont détectés à un endroit, c’est l’ensemble de l’étang qui est fermé. En Arcachon, si un test est mauvais dans l’un des secteurs, les 12 autres peuvent continuer à travailler.
  2. Alors que la norme européenne impose 2 jours de fermeture de l’activité, sur l’étang il faut au moins 3 semaines avant une réouverture. En effet, l’IFREMER ne teste les eaux qu’une fois par semaine et comme il faut deux tests négatifs consécutifs avant réouverture, on arrive aux 3 semaines.

Depuis le déclassement de l’étang en zone B, 400 des 430 producteurs expéditeurs se sont équipés en bassins de purification pour les huîtres, par aération ou par UV. Le passage des huîtres dans les bassins est maintenant obligatoire avant commercialisation. Le SRCM suit de près la météo et a mis en place un système d’alerte par fax, SMS et mail. Il prévient les producteurs en cas de risque de pollution de l’étang (par exemple du fait des ruissellements des eaux de pluie, du débordement des bassins de lagunage…). Les producteurs placent alors préventivement leur production dans les bassins de purification. En cas de pollution, c’est cette réserve qui sera vendue. Aucun coquillage ne peut sortir de l’étang. Les gendarmes y veillent.

Avec leurs bassins, les producteurs peuvent fournir pendant 1 à 2 semaines maximum. En cas de fermeture de l’étang, c’est vite la rupture de stock. Pour l’éviter, il faut des bassins plus grands mais, comme les huîtres y reposeront plus longtemps, il faut aussi renouveler leur eau. Comme elle ne peut pas être puisée dans l’étang fermé, il faut la pomper en mer, d’où la nécessité de construire ces bassins sur le lido. Une fois le problème des stocks réglés, les grandes surfaces pourront à nouveau signer des contrats avec les producteurs qui garantiront leur approvisionnement.

Mais si l’IFREMER testait plus souvent la qualité des eaux de l’étang, les périodes de fermetures seraient beaucoup plus courtes et les producteurs ne seraient pas obligés d’aller construire des bassins sur le lido. Augmenter la fréquence des tests me paraît moins coûteux et moins impactant sur l’environnement. Monsieur Ortin, on en reparle avant que je contacte l’IFREMER ?

One thought on “Ma première leçon en conchyliculture

  1. ortin philippe

    bonjour madame crouzet je vois que vous maitrisez un peu mieux la conchyliculture mais je vais rappeler quelques reglements.
    l’ifremer fait le suivi du milieu prelevant sur 9 points toujours identiques dans nos tables de coquillages. ce suivi s’appelle le reseau remi ou il recherche des colliformes qui est un signe de contamination du milieu.
    il y aussi le reseau rephy qui lui recherche dans un premier temps des cellules de plancton toxique. ce resau comporte 3 points de prelevement.
    ces deux prelevements sont effectues tous les mois ce qui nous donne une bonne vue d’ensenble du bassin de thau.
    en parallele tous les mois des prelevements sont effectues par le smnlr (police de l’eau) sur tous les cours d’eau du bassin versant de l’etang de thau.
    voila je me tiens a votre entiere disposition pour developper ces sujet, cordialement.

    philippe ortin.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>