Fini les huîtres de l’étang ?

L’agglo investit 52 millions d’Euros pour réaménager le Lido de Sète à Marseillan. Démarrage des travaux en mars pour une fin prévue en 2011. Il faut courir acheter la Gazette de Sète du 23 février : Caroline Solano y décrit dans le détail le projet. Le Midi Libre le résume ici.

Je vois un paradoxe dans l’adhésion des ostréiculteurs au projet d’aménagement proposé par Listel – ils sont 200 à se déclarer intéressés par l’installation de nouveaux bassins de stockage et d’affinage sur le Lido.

D’abord, l’argument “nous allons créer une nouvelle gamme d’huîtres” me semble incongru. En tant que spécialiste marketing, je sais qu’un produit doit avoir une spécificité. Aujourd’hui, les huîtres de l’étang profitent d’un biotope unique. Si demain toutes les huîtres sont de bord de mer, n’importe quelle ville de bord de mer pourra faire les mêmes huîtres que celles de l’étang. Je ne dis pas qu’il ne faut pas faire d’huîtres de mer, mais les ostréiculteurs doivent réaliser qu’ils risquent de perdre leur avantage concurrentiel s’ils ne préservent pas la production de l’étang.

Ensuite, l’argument économique “nous pourrons commercialiser toute l’année, même quand l’étang est fermé” est dangereux. Une fois les bassins installés, ils pourront servir pour des huitres d’importation. Les ostréiculteurs risquent de se transformer en grossistes mareyeurs. C’est ça qu’ils veulent ?

Au final, j’ai l’impression que les ostréiculteurs sont en train de se désintéresser de l’étang. C’est comme si sa fermeture était déjà une fatalité. Je propose à tous ceux qui ont envie de s’exprimer de me contacter pour que je vienne les filmer.

4 thoughts on “Fini les huîtres de l’étang ?

  1. Philippe Ortin

    bonjour chere amie je vous fait part de mes remarques sur les commentaires dont vous nous avez fait part dans votre blog .
    tout d’abord il ne faut pas prendre pour argent comptant tout ce qui est ecrit dans le journal .
    je crois que les ostreiculteurs ont prouve leur attachement au bassin de thau en faisant obstacle au changement de pos a balaruc et a bouzigues en defendant le smvm cette semaine.
    je vous assure que nous ne sommes pas prets a demenager ou a quitter le bassin de thau qui est unique en europe pour sa faune et sa flore marine et je pense enfin que pour faire des commentaires sur une profession il faut tres bien la connaitre en sachant que nous sommes 700 sur le bassin de thau.
    je vous propose de vous rencontrer a meze au siege de la srcm pour vous expliquer notre position sur l’avenir de la conchylicultures dans le bassin de thau et de sont developpement sur la facade mediterranéene.
    philippe ortin president de la srcm

  2. Isabelle Crouzet

    Merci M. Ortin pour votre réponse ! Je vous contacte demain pour vous rencontrer dés que possible. Ceci est mon premier avis, à partir de l’article de la Gazette de Sète, et je cours a votre rencontre (avec ma caméra) ne demandant pas mieux que de changer d’avis ! Je préfère d’ailleurs donner la parole à ceux qui savent de quoi ils parlent dans ce blog.

  3. LADY MARIANNE

    bonjour,
    je suis dans l’aude depuis 1 an et j’e n’aimais pas les huitres- trop iodées- on m’a fait manger des huitres d’étang j’adore !!! moins iodées- moins salées…. un délice
    mais avec la pollution, les huitres d’étang sont -elles toujours comestibles ?*
    bonne continuation et bonnes fêtes de fin d’année

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>